Symptômes de l’hépatite B, transmission, traitement

L’hépatite B (aussi : hépatite de type B) est une infection virale du foie. Il se transmet généralement par contact sexuel. La maladie peut être à la fois aiguë et chronique. Les symptômes possibles comprennent la fatigue, la jaunisse ou la décoloration de l’urine et des selles. Parfois, les personnes infectées ne présentent aucun symptôme. En savoir plus sur l’infection, les symptômes, la thérapie, le pronostic et la prévention de l’hépatite B !

 

Quels sont les symptômes de l’hépatite B ?

L’hépatite B n’est généralement pas si facile à reconnaître pour les personnes touchées. De nombreux signes d’infection ne sont pas spécifiques (p. ex., fatigue, nausées). Souvent, il n’y a aucun symptôme (infection asymptomatique). Ceci est particulièrement perfide car le virus de l’hépatite B hautement contagieux peut alors être transmis sans le savoir à de nombreuses personnes en bonne santé.

Remarque : Environ un tiers de tous les adultes infectés ne présentent aucun symptôme. Un autre tiers présente des symptômes tels que :

  • fatigue
  • perte d’appétit
  • nausée
  • Douleurs musculaires et articulaires mais pas de jaunisse.
  • Enfin, dans le dernier tiers (en plus des autres plaintes), la jaunisse est présente.

 

Période d’incubation de l’hépatite B

Le délai entre l’infection et l’apparition des premiers symptômes de l’hépatite B (période d’incubation) est de 30 à 180 jours. En moyenne, il faut 60 à 120 jours (deux à quatre mois) pour que la maladie se déclare.

 

Hépatite B aiguë : symptômes

L’hépatite B aiguë commence par des symptômes non spécifiques tels que :

  • perte d’appétit
  • Aversion pour certains aliments
  • nausée et vomissements
  • douleurs musculaires et articulaires
  • légère fièvre

Après environ trois à dix jours – mais pas nécessairement – une jaunisse (jaunisse) peut survenir : la peau, les muqueuses et le blanc des yeux (sclérotique) deviennent jaunâtres. Ceci est couramment observé chez les nourrissons et les personnes dont le système immunitaire est affaibli. De plus, les selles peuvent se décolorer et l’urine s’assombrir.

 

Hépatite B chronique : symptômes

L’hépatite B est considérée comme chronique si des anticorps spécifiques contre l’agent pathogène sont détectables dans le sang pendant plus de six mois. Les symptômes ne doivent pas nécessairement apparaître chez les personnes touchées. Si tel est le cas, ils apparaissent sous la forme de :

  • fatigue
  • douleurs articulaires et musculaires
  • anorexie
  • perte de poids
  • sensation occasionnelle de pression sous l’arc costal droit

L’inflammation chronique provoque un cancer du foie ou une cirrhose du foie chez environ 1 % des patients. Le risque de cancer du foie chez les patients atteints d’hépatite B est même environ 100 fois plus élevé que dans la « population normale » ! Le développement de la cirrhose du foie est favorisé par l’abus d’alcool et une infection supplémentaire par l’hépatite C.

 

Infection supplémentaire par l’hépatite D

Les patients atteints d’hépatite B peuvent également être infectés par l’hépatite D. Avec cette soi-disant surinfection, la maladie du foie est plus grave qu’avec une infection pure à l’hépatite B. De plus, l’infection supplémentaire par le virus de type D augmente encore le risque de cirrhose. Le cancer du foie est également favorisé : dans le cas d’une infection combinée aux hépatites B et D, la tumeur maligne se forme plus tôt qu’avec une infection B seule.

 

Hépatite B : transmission

Les virus de l’hépatite B sont très souvent transmis par contact sexuel – via le sperme, les sécrétions vaginales ou la salive. Mais d’autres fluides corporels tels que le lait maternel, les larmes ou le sang peuvent également transmettre les agents pathogènes. La maladie est souvent transmise par le sang infecté. Par conséquent, les personnes qui manipulent du sang et des aiguilles ou d’autres objets pointus sont particulièrement à risque d’infection par l’hépatite B.

Celui-ci contient :

  • le personnel médical
  • patients dialysés
  • drogués
  • Patients recevant du sang ou du plasma (les produits sanguins sont strictement contrôlés avant administration)
  • Les personnes qui se percent les oreilles, se font tatouer ou percer dans des conditions insalubres

Attention : Une infection est également possible par les brosses à dents courantes et de la mère à son enfant (pendant la grossesse ou l’accouchement ainsi que pendant l’allaitement). Si une mère est connue pour être infectée par l’hépatite B, l’enfant est vacciné dans les 12 heures suivant la naissance.

 

Hépatite B : traitement

Dans le cas d’infections aiguës, aucun traitement spécifique contre l’hépatite B n’est généralement nécessaire – la maladie guérit presque toujours spontanément. Cependant, si nécessaire, le médecin peut traiter les symptômes.

De plus, les patients doivent respecter le repos au lit, prendre bien soin d’eux-mêmes et suivre un régime riche en glucides mais faible en gras. Il est également très important d’éviter l’alcool – dont la désintoxication exercerait une pression supplémentaire sur le foie malade. Pour la même raison, si possible, aucun médicament nocif pour le foie, comme les analgésiques et les hormones sexuelles féminines (la pilule), ne doit être pris.

L’hépatite B chronique est généralement traitée avec des médicaments antiviraux. Ceux-ci comprennent : Analogues nucléosidiques et nucléotidiques : Ils inhibent la réplication des virus de l’hépatite. Sont par exemple la lamivudine, l’entécavir, la telbivudine ou le ténovovir-dipivoxil. Les ingrédients actifs sont pris sous forme de comprimé.

Interféron-α et interféron-α pégylé (PEG-interféron-α): Ils ont également un effet antiviral et stimulent également le système immunitaire. Il est utilisé en injection.

Le but du traitement médicamenteux est de réduire autant que possible la quantité de virus dans le sang. Cela réduit le risque de cirrhose du foie et de cancer du foie à la suite d’une hépatite B chronique. Cependant, la maladie ne peut généralement pas être guérie avec des médicaments.

Remarque : Chez certains patients atteints d’hépatite B chronique, les virus ne se multiplient que légèrement, les valeurs hépatiques sont souvent normales et le foie est (encore) peu endommagé. La thérapie se limite alors souvent à des bilans de santé réguliers.

 

Protection contre l’hépatite B

La meilleure protection contre l’hépatite B est la vaccination. Il est généralement administré avec le vaccin contre l’hépatite A. Le vaccin est recommandé pour :

  • Hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes
  • Personnes à risque accru pendant les rapports sexuels (changement de partenaire)
  • Les personnes atteintes d’une maladie chronique du foie
  • Personnes en contact avec des patients atteints d’hépatite B (par exemple, personnel hospitalier)
  • Les personnes qui s’injectent ou droguent leur drogue
  • La vaccination est également possible et recommandée pour les personnes séropositives.
  • Les préservatifs peuvent réduire le risque d’hépatite B, mais ne peuvent pas l’éliminer.

En ce qui concerne la consommation de drogues, la meilleure façon de vous protéger est de n’utiliser que vos propres seringues et fournitures.

Article similaire